fbpx
11 janvier 2021

Oser sortir de sa prison dorée : l’histoire de Myriam Turenne

Écrit par

En bref:

Origine, ville natale: L’Épiphanie, Québec
Occupation professionnelle: Chanteuse de mantra/professeur de yoga
Passion, intérêts: yoga, piano, chant, les arts en général
Le livre qui a changé ta vie :  Music and Mantras : The Yoga of Mindful Singing for health, happiness, peace & prosperity, de Girish.
Un documentaire à voir et pourquoi : On Yoga : the Architecture of Peace, parce que j’arrêtais la télévision toute les 2 minutes pour noter chaque mot prononcé.
Ta citation préférée : « Le doute est l’absence d’abandon » Ramana Maharshi

 

Vous m’auriez demandé il y a quelques années où je me voyais dans 10 ans et jamais, au grand jamais  je n’aurais pu imaginer ce qu’est ma vie maintenant. Pour moi, tout était dicté d’avance dans ma tête, comme un chemin auquel il ne faut pas déroger : le copain, la grosse maison, la belle auto, la carrière « de rêve » dans la plus grosse agence de publicité à Montréal.

Sous cette image parfaite se cachait une profonde détresse, une prison dorée. Je dois vous avouer que j’ai même de la difficulté à écrire ce passage parce que ce que je vivais à la maison, c’est comme si on ne pouvait pas en parler, comme si c’était complètement tabou. À dire vrai, je manquais tellement d’estime personnelle que c’était « normal » pour moi de me faire traiter de conne, de pute, de salope par mon copain du temps. C’était aussi « normal » de me faire cracher dessus parce que j’avais mal compris une phrase qu’il avait dite, que c’était « normal » de faire embarrer à l’extérieur de la maison sans souliers et de se faire jeter de l’eau par la fenêtre…

Puis un jour, tout à chaviré. Le travail étant devenu trop lourd et avec, en plus, une compagnie de cake pops à gérer le soir et les weekends, le dit copain qui décide de retourner aux études en me laissant les charges financières sur le dos, je craque. Un soir où je suis complètement perdue et en larmes devant une situation qui je me rends bien compte ne pourra jamais changer, je décide de prendre ma valise et de tout quitter. Je suis complètement déracinée, j’ai l’impression de laisser derrière moi toute ma vie, un peu comme si j’avais tout perdu. Je ne sais même pas chez qui aller dormir (je ne peux tout de même pas aller chez mes parents ou des amis conjoints, qui eux croient que ma situation conjugale est un conte de fée.) J’ai tellement honte.

Les mois qui ont suivi ont été d’une intensité désarmante. Les questions venaient à moi sans réponse. Qui suis-je? Qu’est ce que j’aime dans la vie ? Je n’ai aucune idée, comme si je vivais dans l’ombre de quelqu’un depuis trop longtemps. Je sentais bien, par contre, cette force incroyable qui me poussait de l’avant et qui me disait de ne pas lâcher, de me battre pour ma vie.

Puis je pars à l’aventure, je pars pour l’Asie quelques mois. Là-bas, je découvre le yoga, le chant et la méditation. Pendant une retraite de yoga justement, je reçois un traitement d’acupuncture. La séance devait durer 20 minutes, elle dura plus d’une heure. «Mademoiselle, vous êtes incapable de relaxer…»

C’EST VRAI ! Je suis incapable de relaxer. Quel choc! Toute ma vie était basée sur le travail acharné. Je crois sincèrement que c’était ma façon à moi d’échapper à mes émotions, à ma situation.

À mon retour au pays, je suis donc en mode «relaxation». Je suis déterminée à trouver ma flamme, ce qui m’allume, ce qui me ramène à mon essence profonde. Cette connexion si douce qui me permet de me sentir en vie pour la première fois.

Sans hésitation et sans avoir aucune expérience en yoga, je m’inscris à une formation professorale de 250h. Je suis tellement passionnée par le sujet que je déjeune, dîne et soupe au yoga. La philosophie, le pourquoi de la vie, la magie qui se dégage de mon corps après chaque classe. C’est un peu comme une drogue, et je suis complètement accro. J’ai enfin trouvé quelque chose que j’aime et surtout, une communauté extraordinaire. Je ne suis maintenant plus seule au monde.

C’est à ce moment là que l’appel de l’Inde se fait sentir. J’y pars donc, très impulsivement, avec une nouvelle amie du programme professoral justement.

Il faut se le dire, l’Inde, c’est déstabilisant. L’Inde, c’est beau et laid en même temps. L’Inde, ce sont des gens partout dans les rues, mais on y sent un calme interne extraordinaire. J’ai vécu des choses là-bas qui touchent le surréel, la magie même je dirais. Je m’y sentais tellement bien, comme si j’y avais déjà mis les pieds avant, en symbiose avec moi-même.

À la fin de ce voyage, en entrant dans une boutique de livres, je tombe sur le livre « Music and Mantras, the yoga of mindful singing » de Girish. Le yoga et la musique combinés ensemble, comme une seule et même pratique? Je ne savais même pas qu’un tel métier existait. Faire de la musique dans le milieu du yoga, le rêve! D’aussi longtemps que je me rappelle, la musique, le piano ont toujours fait partie de ma vie. C’est une façon, pour moi, d’exprimer mes émotions et mes sentiments, sans avoir à le faire avec des mots, une façon de revenir à moi.

Je dois vous dire, ce livre, je l’ai dévoré. J’ai même eu des frissons qui m’ont parcouru le corps en entier à sa lecture. Sa vie, son parcours, ses enseignements, tout résonnait avec moi. Je me devais de parler à son auteur.

Ce que je découvris, c’est que ce Californien enseignait l’harmonium en ligne (un instrument de musique que l’on utilise dans les cours de yoga parfois). Le plus merveilleux c’est que je venais tout juste d’en acquérir un justement. Après seulement un mois de cours en ligne avec lui, en voyant mon talent et ma grande détermination, il m’invita à partir en tournée avec lui aux États-Unis.

Je suis chamboulée, changée et j’ai des étoiles dans les yeux en revenant de ce périple, parce que pour la première fois de ma vie, j’ai l’impression d’avoir mis le doigt sur ce qui me passionne vraiment. Je sais profondément à l’intérieur de moi que tous les cours de piano, tous les cours de chant, tous les spectacles amateurs que j’ai fait jusqu’ici, m’ont mené exactement là où je devais être.

J’ai le vertige, je me dis que c’est irrationnel de laisser tomber du jour au lendemain un emploi stable qui me permet, on doit se le dire, de «vivre très confortablement». La vie, elle, par contre, savait exactement où elle devait m’emmener…

Environ une semaine après mon retour de tournée, un matin d’avril, une amie à moi m’invite aux Creative Mornings à Montréal. Dans une salle remplie à pleine capacité, j’ai devant moi Jean-Daniel Petit, conférencier et fondateur de BESIDE (magazine et festival). «Bonjour, mon nom est Jean-Daniel, ancien directeur artistique en publicité (hein?! Comme moi!), j’ai travaillé plus de 10 ans en publicité (hein?! comme moi!) et j’ai tout lâché du jour au lendemain pour sauter dans le vide et partir ma propre entreprise. Il a dit deux choses cette journée là qui ont vraiment résonnées avec moi. «Si ton projet ne te fait pas peur, c’est que ce n’est pas un vrai projet.» et «Si la valeur de l’argent que tu es en train de faire en ce moment ne correspond pas à tes propres valeurs personnelles, c’est qu’il y a aussi un problème.» Je dois avouer que pendant toute la conférence, je pleurais à chaudes larmes. Il venait de toucher une corde sensible. Cette journée là, malgré la salle pleine, il me parlait à moi.

Je suis descendue de l’estrade, je me suis mise devant lui et je lui ai serré la main : «Salut, moi c’est Myriam, ça fait dix ans que je suis directrice artistique en pub et aujourd’hui, je quitte tout!»

Le lendemain, avec la peur au ventre mais l’excitation dans le tapis, j’annonçai la nouvelle sur tous mes réseaux sociaux. Pas de retour en arrière, ma nouvelle vie commence maintenant. Puis ce fût au tour de Girish, mon mentor de l’apprendre et il me suggéra de composer un album de musique qu’il s’engagea même à produire…

Comme quoi, quand on croit avoir «tout perdu», c’est comme si plus rien ne pouvait nous arrêter. J’ai maintenant une foi infinie en la vie, je sais qu’elle me guide. Je ressens cette connexion qui me dit bien souvent : «Ne t’inquiète pas, tout ira bien.» Lorsque je suis présente, à l’écoute, je n’ai rien à craindre, je suis portée et supportée. Je me sens aimée, libre et je m’abandonne à la Vie.

Parce que je fête le premier anniversaire du lancement de mon album ce mois-ci, j’avais envie de vous faire un cadeau et de vous donner mon album en téléchargement gratuitement. Voici le lien pour le téléchargement de mon album.

Aussi, si vous avez envie d’en savoir plus sur mes événements à venir, sur mes prochains concerts ou cours disponibles, je vous invite à me suivre sur les réseaux sociaux et sur ma page web. J’ai vraiment hâte de partager de beaux moments avec vous !

Pour suivre Myriam : 
Site web : www.myriamturenne.com
Facebook & Instagram : @myriamturenne