fbpx
28 janvier 2021

Pour en finir avec la quête de performance : l’histoire de Jessica Leblanc

Écrit par

En bref:
Origine, ville natale:  Montréal

Occupation professionnelle : Co-fondatrice de Mouvement imparfait, Coordonnatrice à la Fondation David Suzuki, Entrepreneure de coeur

Passion, intérêts : la nature, les arts, la culture, la musique, les desserts (!!), le yoga, la méditation, la maternité.

Le livre qui a changé ta vie : L’avallée des avalées de Réjean Ducharme et Women who run with wolves de Clarissa Pinkola Estés.

Un documentaire à voir et pourquoi : Demain , de Cyril Dion et Mélanie Laurent, parce qu’on a besoin de se tourner vers des solutions durables pour notre planète et pour le monde qu’on souhaite léguer à nos enfants. Ce documentaire est porteur d’espoir et nous démontre magnifiquement bien comment nous pouvons contribuer à rendre le monde de demain meilleur.

Ta citation préférée : « If you were born with the weakness to fall, you were born with the strength to rise » – Rupi Kaur

 

Je me demande parfois ce qui m’a pris de quitter mon emploi de “rêve” alors que ma carrière prenait tout juste son envol. Non mais, avais-je perdu la tête? Quelle personne saine d’esprit quitte un poste aussi “prestigieux” à l’aube de sa trentaine après avoir investi autant de temps, d’efforts et d’énergie, tout ça pour se jeter dans le vide en quête de sens à sa vie? C’est littéralement ce que j’ai fait, me lancer dans l’inconnu le plus total, il y a maintenant deux ans. Quand les doutes refont surface et que mes peurs sèment le chaos dans mon esprit, ça ne dure jamais longtemps… parce que ce grand virage a été la meilleure décision que j’ai prise de ma vie.

J’ai “fonctionné” sur le pilote automatique dans la performance à outrance durant quelques années, jusqu’à ce que je frappe un mur.

Je me rappelle tout le poids que je portais dans mon coeur, dans mon corps et dans ma tête alors que j’occupais ce poste convoité. J’ai passé une partie de ma vie à m’imposer une pression énorme afin de faire ma place dans le milieu médiatique comme journaliste-recherchiste, sans prendre le temps de réfléchir à mes réelles motivations. Mes efforts avaient porté fruits et je travaillais avec les meilleurs dans mon domaine. Des gens extraordinaires et passionnés pour qui je voue encore aujourd’hui une admiration sans borne. J’étais fière du chemin parcouru et je me considérais vraiment privilégiée de travailler à leurs côtés, mais je me sentais tellement… vide.

J’ai “fonctionné” sur le pilote automatique dans la performance à outrance durant quelques années, jusqu’à ce que je frappe un mur. Je n’arrivais plus à me concentrer, j’étais irritable, impatiente, à fleur de peau, je me réfugiais dans les toilettes du bureau pour pleurer en me demandant ce qui n’allait pas chez moi. J’étais profondément épuisée et pourtant j’avais un job de “rêve” et un amoureux extraordinaire à mes côtés depuis dix ans. Je m’en voulais tellement de me sentir ainsi avec tous mes privilèges.

Je n’avais pas besoin d’être “prise en charge” par d’autres, j’avais besoin de me reconnecter à mon coeur et revenir à l’essentiel.

J’ai pensé d’abord que j’avais un problème de santé et que j’avais besoin d’être prise en charge par des professionnels. Prises de sang, tests médicaux, consultations, anti-dépresseurs, médicaments pour la concentration… Je n’étais plus l’ombre de moi-même. C’est finalement sur mon tapis de yoga que j’ai trouvé mes réponses. Je n’avais pas besoin d’être “prise en charge” par d’autres, j’avais besoin de me reconnecter à mon coeur et revenir à l’essentiel. Durant mes méditations et mes pratiques de yoga, je pouvais durant un bref instant me couper des écrans et des nombreux stimulis omniprésents qui m’étourdissaient et m’embrouillaient pour simplement ressentir et laisser remonter ce qui compte vraiment. C’est de cette façon que j’ai compris que je n’avais jamais vraiment pris le temps d’entrer en relation avec moi-même pour donner un sens profond à mes actions. Je devais maintenant reconnaître ma valeur en tournant mon regard à l’intérieur de moi plutôt que de la chercher dans le regard des autres. Être plutôt que paraître.

J’ai décidé de mettre fin à cette quête insensée de perfection pour emprunter un chemin différent. Un chemin que je devais dessiner avec toute ma créativité et mon coeur.

À mon retour d’un voyage au Cambodge où j’ai suivi une formation professorale de yoga, j’ai décidé de mettre fin à cette quête insensée de perfection pour emprunter un chemin différent. Un chemin que je devais dessiner avec toute ma créativité et mon coeur. Je ne savais pas quelle forme précise il prendrait, mais je savais que pour le trouver, je devais prendre plusieurs pas de recul et ralentir la cadence de ma vie professionnelle effrénée et étourdissante. J’avais le privilège de me trouver face à la possibilité de choisir la vie qui me ressemble véritablement.

Je n’ai pas quitté mon emploi pour devenir professeure de yoga. Je suis devenue professeure de yoga pour trouver le courage de quitter mon emploi et m’offrir le recul et l’espace nécessaire pour me retrouver. Les années qui ont suivi cette décision ont été les plus déstabilisantes mais surtout les plus belles. Comme si on me remerciait d’avoir écouté mon coeur, les opportunités se sont présentées à moi très rapidement. J’ai eu la chance d’enseigner et de gérer des studios de yoga tout en m’impliquant dans différentes causes en plus de travailler au sein d’une organisation environnementale que j’adore.

Ensemble, on a rêvé et mis au monde un projet qui vient de notre coeur : Mouvement Imparfait.

Mon nouveau rythme de vie et la disponibilité que j’avais enfin pour prendre soin de moi m’ont permis de vivre une première grossesse extraordinaire. J’ai pu savourer et accueillir toutes les sensations et les transformations majestueuses et vertigineuses dans mon corps qui portait la vie avec beaucoup plus de bienveillance et de douceur que j’aurais pu le faire dans mon “autre vie”. C’est dans cet état d’esprit que je suis devenue maman le 26 mai dernier.

Malgré tous ces changements importants qui m’ont permis d’être plus près de mon essence, la pression de performance et de perfection n’est jamais bien loin. Même la façon dont s’est approprié le yoga en Amérique du nord n’y échappe pas : les images de corps parfaits et flexibles dans des postures acrobatiques impressionnantes dominent la façon qu’on nous vend cette discipline vertueuse. Je m’y suis égarée à quelques reprises en perdant de vue l’essence même de cette pratique qui m’avait fait tant de bien. Puis la vie a mis sur mon chemin Françoise Lapointe, une humaine exceptionnelle qui avait elle aussi décidé de prendre un grand virage professionnel pour mettre fin à sa quête de perfection en devenant professeure de yoga. Ensemble on a rêvé et mis au monde un projet qui vient de notre coeur : Mouvement Imparfait.

Et si on ressentait ce qui est là, ici et maintenant dans le mouvement, en oubliant la performance et en ne cherchant pas à analyser ou à se critiquer ?

Ce nouveau studio virtuel (et nomade quand la santé publique le permettra!), c’est notre façon à nous d’inviter le plus grand nombre de personnes à entrer en relation avec elles-mêmes à travers le mouvement. On a élaboré une programmation qui place la santé du corps, du coeur et de la tête à l’avant-plan avec une variété de cours accessibles et inclusifs. On s’est entourées d’une équipe exceptionnelle de professeures de yoga, de kinésiologues, d’entraîneurs qualifiés et de professeurs de danse de la magnifique entreprise Ballet Hop à Montréal pour notre première session virtuelle de 6 semaines qui débute le 31 janvier.

L’invitation qu’on a eu envie de lancer aux gens est celle-ci : et si on prenait une pause du rythme effréné de nos vies pour faire le vide et laisser remonter ce qui compte vraiment? Et si on ressentait ce qui est là, ici et maintenant dans le mouvement, en oubliant la performance et en ne cherchant pas à analyser ou à se critiquer ?

Aussi, parce qu’on croit fermement que le bien-être ne devrait pas être un luxe destiné à une minorité de gens nantis, on s’est dotées d’un programme d’accessibilité afin d’offrir des bourses à celles et ceux qui souhaitent s’inscrire, mais qui n’en n’ont pas les moyens.

Notre société valorise énormément la tête et tend à minimiser l’importance du coeur, comme si l’intuition relevait de l’ésotérisme et de la faiblesse.

Notre société valorise énormément la tête et tend à minimiser l’importance du coeur, comme si l’intuition relevait de l’ésotérisme et de la faiblesse. On croit plutôt que le monde de demain a besoin davantage d’humains qui se réconcilient avec leur coeur et leur corps.

Si vous avez envie de rejoindre notre communauté d’Imparfait.e.s, utilisez le code promo PASTELFLUO15 pour obtenir 15% sur nos abonnements : mouvementimparfait.com

Et si on pouvait voir le monde autrement en embrassant et en célébrant notre imperfection tous ensemble?

Jessica xx

Pour suivre Jessica et son projet de coeur:
Site web : mouvementimparfait.com
Instagram : @mouvement_imparfait @jesselblanco
Facebook : @mouvementimparfait