Épisode 3

Maraîchers 2.0

Play

Rencontre avec

Nous sommes partis en Suisse, en France et au Luxembourg, afin de rencontrer les fondateurs et pionniers de MyFood, un mouvement planétaire qui pourrait bien révolutionner notre façon de s’alimenter.

Une prise de conscience collective est en train d’avoir lieu. La réappropriation de son alimentation est devenue un acte citoyen, voire même politique. De plus en plus de gens sont maintenant conscients des conséquences d’un système guidé par le profit, au détriment de la santé et de l’environnement.

Partout dans le monde, des citoyens s’inquiètent des conséquences que l’agriculture industrielle entraînent : appauvrissement des sols par une monoculture intensive et toxique, perte de la biodiversité, déclin des pollinisateurs, réchauffement climatique lié aux industries polluantes et au transport des denrées alimentaires, pollution des milieux aquatiques due aux pesticides synthétiques et aux engrais solubles, gaspillage alimentaire, OGM, aliments génériques et peu goûteux, valeur nutritive beaucoup plus faible des aliments en supermarché que ceux provenant de graines anciennes, insécurité alimentaire, subventions remises en très grande partie aux pollueurs plutôt qu’aux agriculteurs bios, voici quelques exemples de ce que symbolise les dommages reliés à l’agriculture actuelle.

De nos jours, nous consommons de moins en moins ce qui est produit localement, sans mentionner la difficulté d’obtenir une transparence face à la production des aliments achetés au supermarché. De jeunes agriculteurs portant le désir de faire une agriculture responsable, biologique, innovatrice et écologique, avec des fermes plus petites à échelle humaine, ont de la difficulté à faire leur place et à survivre, faisant face au lobby de l’agriculture industrielle et au manque de subventions.

Bref, l’agriculture est en crise… et ce constat est mondial.

Heureusement, il y a aussi toute une génération de jeunes qui portent le désir de faire autrement, et de réaliser une agriculture différente, basée sur des valeurs humaines et écologiques. Ici et ailleurs, des gens trouvent de nouvelles solutions. Les acteurs derrière des initiatives comme MyFood sont convaincus que tout  individu, en milieu urbain comme en milieu rural, doit être en mesure de produire sa propre nourriture, localement. C’est le défi qu’ils se sont donnés.

Se reconnecter à notre alimentation. Se réapproprier un savoir perdu. Et si on avait la possibilité de cultiver autrement? La proposition MyFood : une serre connectée utilisant les dernières technologies, basée sur les principes d’aquaponie verticale et la permaculture, permettant de produire sa propre nourriture de manière simple, accessible et responsable.

Le modèle de MyFood va encore plus loin, car l’idée est de créer une initiative ouverte, basée sur la transparence, et de s’inspirer de l’esprit « open source », afin de permettre aux gens de partager les informations et les résultats avec la communauté grandissante et que tout le monde puisse ainsi profiter du savoir de chacun. Pour eux, c’est en allant de l’avant ensemble qu’on aura le pouvoir de faire changer les choses.

Des aliments frais, goûteux, biologiques, nutritifs et faciles à cultiver. Une agriculture saine, locale et écologique, en plus d’être accessible à la grande majorité de la population. Se reconnecter à la nature et en ressentir un bien-être. Oui, ça semble réalisable, et c’est ce qu’on est aller explorer. Il est dorénavant possible de penser et de faire différemment, de laisser une nouvelle génération l’opportunité de transformer notre alimentation et ainsi en dégager les bienfaits sociaux et environnementaux. Découvrez ces Maraîchers 2.0.

 

Autres oeuvres québécoises offrant un portrait de l’état de l’agriculture et ayant le désir de faire changer les choses :
L’excellent documentaire de Marc Séguin « La ferme et son État », sorti en 2017, dresse un portrait actuel des forces vives et des aberrations en agriculture au Québec. Ils ont suivi, pendant dix-huit mois, de jeunes agriculteurs éduqués qui rêvent de faire une agriculture responsable, innovatrice et écologique, dans un système où ils ont peine à exister, alors que la réalité change sous nos yeux. Le film revendique cette nouvelle identité et une politique agricole qui tiendra compte de la réalité.
« Le jardinier-maraîcher », un livre incontournable écrit par Jean-Martin Fortier. Il s’adresse à tous ceux et celles qui s’intéressent à l’agriculture biologique sur petite surface, une agriculture de proximité qui participe à la résilience des communautés locales et qui est capable de nourrir la population en tournant le dos à une agriculture industrielle polluante pour la planète et pour notre santé.
Le long métrage documentaire « Pas de pays sans paysans » d’Eve Lamont, sorti en 2005, présente la crise de l’agriculture partout sur la planète, d’un point de vue d’agriculteurs du Québec, de l’Ouest canadien, du Vermont (États-Unis) et de la France afin de dénoncer les dégâts que cause l’agriculture industrielle.
La biographie de Jean Garon (qui a été ministre de l’Agriculture) intitulé « Pour tout vous dire », où ce dernier écrit que la commission Charbonneau n’était rien en comparaison de l’Agriculture.

Autres épisodes

En cours

Maraîchers 2.0

Nous sommes partis en Suisse, en France et au Luxembourg, afin de rencontrer les fondateurs et pionniers de MyFood, un mouvement planétaire qui pourrait bien…

Tous les épisodes
Play Contribuer